Compte Rendu d’un dĂ©jeuner dĂ©bat AMVAR consacrĂ© aux vaccinations aujourd’hui

  • 0
  • juin 12, 2017

                                             POINT D’ACTUALITE SUR LES VACCINATIONS

Notre association, l’AMVAR, vous propose une nouvelle activité que nous avons dénommée : « POINTS D’ACTUALITÉ MÉDICALE »

En effet, nombre d’entre nous se sentent concernés par des sujets médicaux d’actualité largement évoqués et débattus dans la presse et les médias, soit par intérêt personnel, soit par les questions de nos familles ou notre entourage. Notre avis est souvent sollicité, mais souvent, nous avons cessé d’être informés par la presse professionnelle ou les réunions d’information de FMC qui regroupent les confrères « actifs ».

Nous vous proposons de participer à des déjeuners-débats conviviaux autour d’un confrère expert qui pourra répondre à vos questions en toute simplicité sans les contraintes formelles d’une réunion de FMC.

Notre premier déjeuner-débat organisé par l’AMVAR a été organisé à la Brasserie du Nord avec le Professeur Daniel Floret le 6 juin 2017. Le Professeur Daniel Floret, pédiatre de formation, Praticien des hôpitaux, Professeur Emérite des Hôpitaux  fait partie du Comité Technique National des Vaccinations. Il nous a fait part des dernières données en matière de vaccination.

L’orateur dĂ©clare n’avoir aucun conflit d’intĂ©rĂŞt.

I : Quelques précisions à retenir :

–la fabrication des vaccins est un processus très lent 18 à 24 mois pour chaque lot.

–Les contrôles sont très rigoureux.

–tous les lots non conformes sont détruits.

Certaines pénuries s’expliquent :

–par ce processus de fabrication.

–parfois par des demandes plus importantes (par exemple demande importante de vaccins coquelucheux acellulaire)

– quelquefois par des incidents industriels : inondation du site fabricant de vaccins hĂ©patite A nĂ©cessitant une remise en Ă©tat de plus de 18 mois.

– et non par une politique dĂ©libĂ©rĂ©e des firmes.

II – Les campagnes anti vaccinations prennent pour partie leur origine dans les faits suivants

–des maladies quasi éradiquées par la vaccination sont devenues rarissimes et quasi plus personne, y compris les médecins, n’a été confronté au tétanos, ou à la diphtérie.

– la nécessité d’étudier d’importantes cohortes pendant de nombreuses années pour prouver l’innocuité d’un vaccin

–la tendance très franco-française au dénigrement (la France est le seul pays au monde où on a évoqué la responsabilité du vaccin hépatite B dans la genèse de la Sclérose En Plaques).

III – Le calendrier vaccinal

RemaniĂ© et simplifiĂ©, il est facilement consultable sur Internet : social- sante.gouv.fr – vaccination-info-service.fr – mesvaccins.net

A titre d’exemple :–rappels anti tétaniques tous les 20 ans à l’âge adulte : 25–45–65 ans, puis tous les 10 ans au-delà.

Le point sur quelques vaccinations :

– Le BCG n’est plus obligatoire en France depuis 2008. sauf. Il est fortement recommandé pour les enfants nés de parents issus de pays d’endémie (notamment Afrique du Nord ou Sub-saharienne) ceux susceptibles d’y séjourner temporairement (vacances), ceux ayant une personne tuberculeuse dans leur entourage et ceux vivant en situation précaire. Cette vaccination est également recommandée pour tous les enfants vivant  en Île-de-France, à Mayotte et en Guyane  .

– Le Vaccin anti HPV (Gardasil ou Cervaxix et bientôt Gardasil 9) est recommandé pour toutes les filles entre 11 et 14 ans et jusqu’à l’âge de 20 ans. Cette vaccination est également recommandée chez les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes. Il existe peut être (une seule étude) un sur-risque rare de Syndrome de Guillain-Barré mais il entraîne une diminution importante des lésions précancéreuses du col et un espoir raisonnable de voir l’incidence du cancer du col diminuée (1000 morts par an) Ce bénéfice ne pourra être mis en évidence que dans plusieurs dizaines d’années.

– Le Vaccin antipneumococcique : PrĂ©venar 13 recommandĂ© pour tous les enfants.  – Chez les personnes adultes Ă  risque : sĂ©quence PrĂ©venar13- Pneumo 23

– Vaccin Anti fièvre jaune : disparition de l’obligation internationale de revaccination : une seule dose requise pour toute la vie.

– La prĂ©vention des gastro-entĂ©rites graves de l’enfant : le vaccin anti Rotavirus n’est plus recommandĂ© en raison de complications : invagination intestinale aigĂĽe dont le diagnostic rapide semble poser problème en France.

– Le vaccin Varicelle-Zona prĂ©conisĂ© chez les personnes âgĂ©es de 65 Ă  79 ans est d’efficacitĂ© modĂ©rĂ©e, un vaccin « tué » est en attente de commercialisation.